Le propylène glycol , un antigel ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le propylène glycol , un antigel ?

Message par Vander le Dim 24 Nov - 1:26

Toute personne qui a un jour essayé une cigarette électronique, s’est obligatoirement posé cette question : « Mais comment se fait-il que je recrache de la « fumée » alors qu’il n’y a ni combustion, ni tabac…?

Et là, on lui a fait cette réponse : « C’est en fait de la vapeur issue du propylène glycol, contenu dans le e-liquide » … avec ça on est bien avancé !!!

On a dit tout et n’importe quoi sur ce sujet: que c’est une substance cancérigène… que c’est de l’antigel….qu’il se transforme en gaz toxique …

Alors je vais essayer de faire le tri et d’apporter un début de réponse.
Le propylène glycol : définition et propriétés

Le propylène glycol est un composé chimique (propane-1,2-diol appelé aussi 1,2-dihydroxypropane, methyl glycol) du groupe des alcools.



Structure moléculaire du Propylène Glycol

Ces principales caractéristiques sont :

d’être incolore,
légèrement visqueux,
peu volatile
de se mélanger à l’eau
d’absorber l’humidité de l’air (hygroscopique)
d’être réputé peu toxique
de se vaporiser autours de 60C° (c’est cette caractéristique qui nous intéresse lorsqu’on vapote car la résistance chauffe le e-liquide qui contient du propylène glycol et donc se transforme directement en vapeur à chaque bouffée !!)

Le propylène glycol, est-ce dangereux ?

Les éléments suivant proviennent d’une étude réalisée en 2010 par Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) qui a publié une fiche toxicologique sur le propylène glycol :

« Le propylène glycol est réputé peu toxique. Les effets observés font suite à son emploi dans des médicaments, des aliments, des produits cosmétiques et ne proviennent pas d’exposition professionnelle. L’ingestion par des volontaires d’une forte dose de propylène glycol n’a pas mis en évidence d’effet métabolique ou biologique patent, en dehors d’un effet sédatif isolé. L’inhalation pendant une heure d’un aérosol contenant 10% de propylène glycol ne provoque aucun effet sur les sujets exposés.

Génotoxicité

Tous les tests in vitro (test d’Ames, aberrations chromosomiques, échanges de chromatides sœurs et micronoyaux sur cellules de mammifères, transformation morphologique des cellules embryonnaires de hamster) et in vivo (clastogénicité sur cellules de moelle osseuse de souris, test de létalité dominante chez la souris par voie intra péritonéale) se sont révélés négatifs.

Cancérogenèse

Plusieurs études par voies orale, cutanée ou sous-cutanée ont montré que le propylène glycol n’est pas cancérogène chez le rat et la souris. »

Cette fiche est accessible à tous : http://www.inrs.fr/demeter/DEM%20050.pdf
On en trouve où du propylène glycol ?

Il est utilisé depuis 50 ans dans les industries alimentaire, pharmacologique et cosmétique.

Au niveau alimentaire, il est considéré comme un additif et est identifié sous le numéro E1520. Il est utilisé comme émulsifiant pour les sauces et les assaisonnements. On le retrouve très souvent dans les produits contenant des aromes (yaourt, chocolat, confiture, …).

Par exemple, jetez un œil sur les ingrédients des produits suivants :

http://www.culinaide.com/amande-amere.htm
http://www.chocolat-chocolat.com/accueil/accessoires/c378132188/p17615938.html

Au niveau pharmacologique et cosmétique, il est identifié sous le numéro E490 et on le retrouve dans :

les soins personnels: bain douche et savons, gels, nettoyants visage, mousses à raser, lotion après-rasage, déodorants anti transpirants, rouges à lèvres, parfums
Les soins de la peau : hydratants main, corps et visage, produits solaires
Les soins des cheveux: shampoings, revitalisants, gels coiffants
Les soins bucco-dentaires: bains de bouche, dentifrices
Les soins pour bébé: lingettes, antiseptiques ;
certains médicaments : le Dilantin, les lubrifiants vaginaux, le sirop Toplexil, le sirop Aérius et bien d’autre …

Le propylène glycol est également utilisé pour simuler brouillard et fumée (fumigènes) dans les discothèques et dans l’industrie cinématographique.
Le propylène glycol, est-ce un antigel ?

Le propylène glycol n’est pas un antigel à proprement parlé : il est utilisé pour cette fonction dans les chambres froides alimentaires car justement il est toléré dans le cadre alimentaire. Dire, sans plus d’explication que le propylène glycol est un antigel équivaut à tromper les lecteurs. Le vrai antigel (celui que l’on utilise pour les voitures ou pour les avions) est l’éthylène glycol qui est très toxique et qui ne doit pas être confondu avec le propylène glycol.
Comment notre organisme intègre le propylène glycol ?

Dans le corps humain, le propylène glycol est rapidement transformé et rejeté. Son parcours dans l’organisme est comparable à celui du sucre: le propylène glycol est rapidement modifié en acide lactique, d’une manière similaire à ce qui se passe avec le sucre (énergie) au niveau des muscles pendant une activité sportive. C’est l’acide lactique qui est responsable des crampes musculaires suite à un exercice intensif. L’acide lactique (qui est donc le métabolite du propylène glycol) est par conséquent présent naturellement dans notre corps. Il est rejeté naturellement par voie urinaire.
Quels sont les risques et les dangers du propylène glycol ?

Certaines personnes sont sensibles, voir allergiques, à ce produit. Il n’y a rien à faire, sauf l’éviter, ce qui ne doit pas être évident compte tenu que l’on en trouve dans une multitude de produits d’usage quotidien.
Le propylène glycol peut également être dangereux pour les personnes souffrant de problèmes rénaux

Alors le propylène glycol, c’est pas si grave docteur ?

Le propylène glycol, ça fait des dizaines d’années que :

l’on en mange,
l’on en respire
et que l’on se soigne avec.

Aucun problème n’a été détecté jusqu’à présent en lien avec son utilisation dans le e-liquide des cigarettes électroniques.

Le paragraphe suivant est extrait d’un point d’information communiqué par l’AFSSAPS le 30/05/2011

« Par ailleurs, concernant le risque de toxicité des solvants utilisés dans les cigarettes électroniques, en particulier le propylène glycol, il est difficile de se prononcer en raison de l’absence de données qualitatives et quantitatives suffisantes. A ce jour, aucun effet indésirable ou cas d’intoxication en lien avec la présence de ces solvants dans les cigarettes électroniques n’a été rapporté. »

La totalité de ce point est disponible à cette adresse : http://www.afssaps.fr/Infos-de-securite/Points-d-information/Cigarette-electronique-Point-d-information
L’ avis strictement personnel de comme-une-cigarette.com

C’est un produit de synthèse qui ne va pas forcément avec les tendances actuelles du « c’est beau, c’est bon, c’est BIO »!

Les questions à se poser sont plutôt liées a un défaut de communication et/ou au refus du changement : bien souvent dès que l’on bouleverse les manières de faire/penser il faut faire face à une véritable levée de bouclier.

En l’état des connaissances actuelles et en faisant une comparaison objective on sait:

qu’une cigarette classique contient 4000 substances chimiques dont 60 classées cancérigènes par le Comité International de Recherche sur le Cancer,
qu’une E-cig peut contenir un seul produit suspect : le propylène glycol dont aucune étude a démontré qu’il était nocif.

Alors pourquoi s’en priver ?


avatar
Vander
Dieu du Vapotage
Dieu du Vapotage

Messages : 3593
Date d'inscription : 19/01/2012
Age : 60
Localisation : Haute Normandie
Commentaires : Léa , Léo Pro, Itaste v2, Itaste V3
Itaste Mvp,Itaste SVD, Itaste 134
Itaste VTR

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum